Logo GenDocs.ru

Поиск по сайту:  

Загрузка...

Чернова Г.М. Уроки французского языка. Секреты успеха. Книга для учителя - файл 1.doc


Чернова Г.М. Уроки французского языка. Секреты успеха. Книга для учителя
скачать (2361.5 kb.)

Доступные файлы (1):

1.doc2362kb.18.12.2011 05:22скачать

содержание

1.doc

  1   2   3   4







Глава 1

ИСПОЛЬЗОВАНИЕ СТИХОТВОРНЫХ ПРОИЗВЕДЕНИЙ НА УРОКАХ ФРАНЦУЗСКОГО ЯЗЫКА
Стихи и рифмовки на уроке могут служить разным дидактическим целям. В первых четырех разделах этой главы мы предлагаем стихи для начала урока, фонетической и речевой зарядки, для запоминания и активизации лексики по самым распространенным на начальном и среднем этапах обучения темам, а также стихи со страноведческим содержанием. Предназначение пятого раздела отражено в его названии — «Грамматика в стихах».
^ СТИХИ ДЛЯ НАЧАЛА УРОКА

Разучивание стихов и рифмовок, как правило, не самоцель, а методический прием для запоминания языкового материала, повод для начала разговора, для творческого задания (например, продолжить стихотворение или сочинить свои строфы). Одним словом, стихи могут служить созданию учебно-речевых ситуаций.

Например, на начальном этапе обучения можно начать занятие с рифмовки про урок французского языка (повторяем глаголы и хорошо произносим носовой звук ):

• — Dites-moi, filles et garçons:

Que faites-vous pendant la leçon?

— Nous lisons, nous écrivons,

Nous parlons et nous chantons.

Есть вариант этой рифмовки:

• — Dis-moi, mon petit Paul,

Que fais-tu dans ton école?

— Je dessine et je lis,

Je récite et j’écris.

Затем можно поговорить (используя изученные глаголы) о том, чем занимаются ребята на других уроках:

— Vous lisez beaucoup pendant les leçons d’histoire?

— Oui, nous lisons et nous écoutons le professeur.

— Chantez-vous à la leçon de biologie?

— Mais non, nous ne chantons pas!

— Vous écrivez à la leçon de gym? Etc.

Ребята, приняв игру, могут сами задавать вопросы друг другу.

В погожий зимний день разучим простую рифмовку:

• Il neige, il gèle, tout est blanc.

Vive l’hiver, enfants!

Эти строчки — хороший повод для разговора о зимних развлечениях: «Aimez-vous l’hiver? Qu’est-ce que vous aimez faire en hiver?» (Вспомним такие лексические единицы, как: patiner, faire du ski, jouer aux boules de neige (à la neige), faire un bonhomme de neige, une forteresse, faire de la luge, etc.)

В старших классах для начала урока можно предложить стихи лирического или философского характера:

CHANSON

Quel jour sommes-nous?

Nous sommes tous les jours

Mon amie

Nous sommes toute la vie

Mon amour

Nous nous aimons et nous vivons

Nous vivons et nous nous aimons

Et nous ne savons pas ce que c’est que la vie

Et nous ne savons pas ce que c’est que le jour

Et nous ne savons pas ce que c’est que l’amour.

J. Prévert
^ UNE HISTOIRE À SUIVRE

Après tout ce blanc vient le vert,

Le printemps vient après l’hiver.

Après le grand froid le soleil,

Après la neige vient le nid.

Après le noir vient le réveil,

L’histoire n’est jamais finie.

Après tout ce blanc vient le vert,

Le printemps vient après l’hiver,

Et après la pluie — le beau temps.

С. Roy
CONVERSATION

— Comment ça va sur la terre? — Ca va, ça va, ça va bien.

— Les petits chiens sont-ils prospères?

— Mon Dieu, oui, merci bien.

— Et les nuages? — Ça flotte.

— Et les volcans? — Ça mijote.

— Et les fleuves? — Ça s’écoule.

— Et le temps? — Ça se déroule.

— Et votre âme? — Elle est malade.

Le printemps était trop vert,

Elle a mangé trop de salade.

J. Tardieu
^ ФОНЕТИЧЕСКИЕ ЗАРЯДКИ

На уроке полезно посвятить несколько минут разминке артикуляционного аппарата, постановке или коррекции различных звуков и отработке интонации.

CHAT

Chat, chat, chat...

Chat noir, chat blanc, chat gris,

Charmant chat couché,

Entends-tu les souris

Danser sur le plancher?
ÉLÉPHANT

Un éléphant blanc, très élégant,

Très grand, très important,

A eu un accident, malheureusement!
HÉRISSONS

Une hérissonne, un hérisson

Font du bruit dans les buissons.

Les voyez-vous, filles et garçons, —

Cette hérissonne et ce hérisson?
COMPTINE

Un, deux, trois — noir, bleu, vert.

Un, deux, trois — air, mer, terre.

Un, deux, trois — gel, pluie, vent.

Un, deux, trois — eau, pain, gens.

Un, deux, trois — plomb, or, fer.

Un, deux, trois — comment faire une croix

Sur la guerre?

M. Carême

В следующем стихотворении можно предложить ребятам самим называть слова противоположного значения и угадывать рифмы.

^ LES CONTRASTES

Un, deux, trois,

Chaud n’est pas froid.

Froid n’est pas (chaud),

Bas n’est pas ... (haut).

Vieux n’est pas ... (neuf), Ours n’est pas ... (bœuf).

Eau n’est pas vin,

Pied n’est pas ... (main)

Mou n’est pas dur,

Sous n’est pas ... (sur).

J. Ruelle
— Continuez! (P. ex.: Nuit n’est pas jour, contre n’est pas pour... Etc.)
^ DANSONS LA PLUIE!

Pluie, pluie, pluie

Pour les Julie, les Marie, les Sophie.

Pluie, pluie, pluie

Pour les petites filles à parapluie.

Pluie, pluie, pluie

Pour les garçons à capuchon.

Pluie, pluie, pluie

La mélodie de la pluie nous a plu!

M. Tenaille
• Une petite pluie

Si fine, si fine

Danse sur les toits gris.

Le ciel est gris,

La feuille luit,

Et la pluie rit...
• Bonbons, biscuits, madame, entrez!

Bonbons, biscuits, madame, achetez!

Bonbons, biscuits, madame, payez!

Bonbons, biscuits, madame, sortez!
• Il fait froid. Voilà le soir. Il fait nuit. Voilà la pluie.

Il fait noir. Il fait nuit. Il fait nuit noire sur Paris.

Je pense à toi, tu penses à lui...
• J’ai peur quand ma sœur fait du beurre

Sur mon ordinateur à neuf heures.


^ LES JEUNES

Les jeunes aiment les moteurs et les chanteurs,

Les haut-parleurs, les mini-ordinateurs,

Les couleurs et la chaleur...

Mais parfois ils ont peur,

Quand il est l’heure d’être seuls.
AUJOURD’HUI ET DEMAIN

«C’est quand demain?...» — demande Petit lapin

Qui ne sait rien de rien.

«Demain, c’est demain!...» — dit Grand-Père lapin

Qui sait tout très bien,

Même le latin...

Petit lapin coquin

N’y comprend rien de rien.

Il va voir Grand-Mère lapin

Qui l’écoute bien.

«C’est quand demain?» — demande Petit lapin.

«Quand Petit lapin

Aura pris son bain,

Mangé tout son pain,

Dormi jusqu’au matin!...»

«Alors, on dira: c’est demain?» — dit Petit lapin malin.

«Non! — dit Grand-Mère lapin, —

On dira: c’est aujourd’hui!»

Et si Petit lapin n’a pas compris,

Tant pis!

Il comprendra

Quand il grandira.

M. Tenaille
^ VILAIN PETIT MARTIEN

Un petit Martien

Dans mon jardin...

Je lui tends la main —

Il ne me tend rien!

Je lui dis «Tu viens?» — II s’en va très loin!

Je lui dis «Va-t’en!» —

Il revient!

Drôle de petit Martien,

Tu ne comprends rien!

M. Tenaille
^ FÊTONS MAMAN!

C’est la fête de maman.

Que lui donneront ses enfants?

Une belle plume de faisan?

Des kilomètres de ruban?

Une belle robe en ottoman?

Une rivière de diamants?

Un grand caïman tout blanc?

Un turban d’or et d’argent?

Le plus beau des talismans?

Rien n’est trop beau pour maman!

Tout l’or du monde pour maman,

Et notre cœur, tout grand!

M. Tenaille
^ АКТИВИЗАЦИЯ ЛЕКСИКИ С ПОМОЩЬЮ ПОЭТИЧЕСКИХ ПРОИЗВЕДЕНИЙ

POLITESSES

— Grand plaisir, grand merci!

— Merci, mille fois merci!

— A bientôt.

— Mais non!

— Mais si...

— Ce n’est rien, je vous en prie.

— A dimanche...

— A lundi...

— A mardi...

— A mercredi...

— C’est cela: plutôt vendredi,

Le matin, je veux dire à midi,

Dès l’aurore avant la nuit...

J. Tardieu
JE SUIS POLI

Le matin et le jour je dis «bonjour»,

Mais le soir je dis «bonsoir»,

Et vers la nuit je dis «bonne nuit!»
^ Les quatre saisons

Традиционные и неизбежные на начальном этапе разговоры о погоде и временах года можно разнообразить стихами и рифмовками. Слова и выражения из них ученики смогут потом использовать в собственных высказываниях.

• La neige couvre la terre. Il fait froid, mais beau.

Les enfants patinent et glissent en traîneau.
• C’est l’hiver. Il fait froid.

La neige couvre tous les toits.

Tout est blanc:

La terre, les arbres et les champs.
• Je suis l’Hiver, j’apporte le froid,

La neige couvre les toits.

Quand je suis là, il fait du vent.

Les arbres sont nus, et tout est blanc.

La neige tombe jour et nuit.

La terre est blanche, le ciel est gris.
• Cher Père Noël!

Je m’appelle Michel. Apporte-moi, s’il te plaît, des jouets:

Un bateau, un grand ballon... et beaucoup de bonbons!

CONVERSATION

— Pourquoi aujourd’hui le ciel est-il gris?

— C’est l’hiver, ma chérie.

— Pourquoi la neige blanche couvre-t-elle les branches?

Est-ce toujours ainsi?

— Non, mon enfant, en hiver seulement.

— Et pourquoi, maman, le sapin est-il vert? C’est donc l’hiver?

— Les sapins, ma fille, sont couverts d’aiguilles,

C’est pourquoi ils n’ont jamais froid.
• Il neige, il neige froid. Mettez vos capuchons tout droit!

Il neige, il neige blanc. Ne tombez pas en patinant!

Il neige, il neigera, puis un jour le printemps viendra...
• J’ouvre les yeux. Le ciel est bleu,

La neige a fondu: Mars est venu!
• Perce-neige, perce-neige! Dormez-vous? Dormez-vous?

L’hiver est en fuite, éveillez-vous vite!

Ouvrez-vous! Ouvrez-vous!

Violettes, violettes! Dormez-vous? Dormez-vous?

Le printemps vous invite, éveillez-vous vite!

Ouvrez-vous! Ouvrez-vous!

LE VENT DE MARS

L’hiver a entrouvert sa porte,

Le vent de mars s’est échappé.

Il rit, il chante, il saute, il porte

Encore de la neige aux pieds.

Voyez-le danser à la corde,

Grimper sur les hauts châtaigniers.

L’hiver a entrouvert sa porte,

Le vent de mars s’est échappé.

M. Carême

8 марта напишем на красивых открытках поздравление мамам:

Chère maman! Je te souhaite, le jour de ta Fête,

De tout mon cœur — beaucoup de bonheur!

• Le ciel est bleu,

Tout est joyeux.

Vive le Printemps,

Vive la Fête du beau temps!

Le pré est vert. Adieu, l’hiver!

C’est le réveil, c’est la fête du soleil.
• Tout chante et murmure,

Tout parle à la fois:

Feuillée et verdure,

Les nids et les bois.

V. Hugo
PRINTEMPS

C’est la fête du Printemps.

Mauvais temps, va-t’en!

Mois de Mars, pas de farce!

Finie la neige, plus de glace!

Mois d’Avril, sois gentil,

Fais que le soleil brille!

Mois de Mai, s’il te plaît,

Fais que le beau temps vienne!

C’est la fête du Printemps.

Mauvais temps, va-t’en!

M. Tenaille
^ C’EST SI JOLI

Au printemps l’herbe est fleurie.

C’est si joli, c’est si joli...

L’alouette fait tireli.

C’est si joli, c’est si joli...

Un bouquet de papillons,

C’est si joli, c’est si joli...

Ils dansent sur la prairie,

C’est si joli, c’est si joli!
• Dans les champs les blés jaunissent — c’est l’été!

Aux vergers les fruits murissent — c’est l’été.

Au ruisseau l’enfant se baigne. C’est l’été, l’été qui règne!
• Avril ouvre à deux battants

Le printemps.

L’été le suit et déploie.

Sur la terre un beau tapis

Fait d’épis, d’herbe, de fleurs et de joie.

V. Hugo
LA PLUIE

Pim, pam! Elle frappe à nos carreaux!

Il y a de grosses gouttes d’eau.

Elle se promène dans le jardin,

Elle se promène sur les chemins.

Elle n’entre pas dans la maison,

Monotone est sa chanson.

N’entrez pas, Madame la Pluie,

Et votre visite m’ennuie!
L’AUTOMNE

L’automne, au coin du bois,

Joue de l’harmonica.

Quelle joie chez les feuilles!

Elles valsent au bras

Du vent qui les emporte.
On dit qu’elles sont mortes,

Mais personne n’y croit.

L’automne, au coin du bois,

Joue de l’harmonica.

M. Carême
Следующее стихотворение можно читать по ролям.

^ LES SAISONS

Je suis l’Hiver. Je couvre de neige la terre.

Le printemps me chasse pour prendre ma place.

Je suis le Printemps. J’apporte le beau temps.

L’été me chasse pour prendre ma place.

Je suis l’Eté. J’apporte les blés.

L’automne me chasse pour prendre ma place.

Je suis l’Automne. J’apporte les pommes.

L’hiver me chasse pour prendre ma place.
^ LA RONDE DES SAISONS

Tourne la ronde

Autour du monde.

C’est le printemps

Vêtu de blanc.

Voici l’été

Clair et doré.

Puis vient l’automne

Rouge comme une pomme.

Gare à l’hiver: il a ses bottes

Et une hotte!

Roller
^ LES MOIS DE L’ANNÉE

Janvier pour dire à l’année «bonjour».

Février pour dire à la neige «il faut fondre».

Mars pour dire aux oiseaux «revenez»,

Avril pour dire aux fleurs «ouvrez-vous»...
— C’est à vous de continuer: Mai... (pour dire à maman «je t’aime!») Juin... (pour dire «salut, les vacances!», etc.)
^ Les jours de la semaine

Несколько рифмовок, которые помогут запомнить названия дней недели:

• Où est Lundi? — demande Mardi à Mercredi.

— Avec Jeudi et Vendredi

Il va samedi saluer Dimanche.
• Bonjour, Lundi! Comment va Mardi?

— Très bien, Mercredi. Allez dire à Jeudi

De venir vendredi danser avec Samedi

Dans la salle de dimanche en cravate blanche!
^ DIALOGUE AMUSANT

— Lundi, oui?

— Non, mardi.

— Et mercredi?

— Ah non, pas mercredi!

— Et jeudi, alors?

— Jeudi, je suis pris.

— Vendredi, vous êtes libre?

— Non, ni vendredi, ni samedi!

— Alors, à dimanche!

— Dimanche ou lundi, oui.

— Eh bien, à lundi en huit?

— A lundi, oui.
GROS JEAN

Lundi, il dort.

Mardi, il mange.

Mercredi, il boit.

Jeudi, il chante.

Vendredi, il danse.

Samedi, il ne fait rien.

Dimanche... il est fatigué.

Pauvre gros Jean!
La famille

— Voici quelques comptines de M. Tenaille et un poème de M. Carême:

^ QUI JE SUIS?

Je suis Marie-Julie, l’enfant de mes gentils parents,

La petite-fille de mes grands-parents,

La grande sœur de mon petit frère,

La petite sœur de ma grande sœur.

Je suis Marie-Julie, la nièce de tante Agnès,

De tante Alice, de tante Annie,

La nièce de l’oncle Jean, de l’oncle Jacques, de l’oncle Jules...

Je suis la cousine de tous mes cousins, de toutes mes cousines!

Et je suis l’amie de ma meilleure amie, Sophie!
— En vous inspirant de la poésie ci-dessus, parlez de vous-mêmes!
COUSINS-COUSINES

J’ai cinq cousins germains:

Lucien, Urbain, Alain, Damien et Augustin...

Ma cousine germaine s’appelle Hélène.

Nous avons le même grand-père,

Nous avons la même grand-mère. Pourquoi?

Parce que nos pères sont frères!

Parce que nos mères sont sœurs!

Tous les cousins ne sont pas germains,

Mais on les aime bien!
^ MA FAMILLE

Le grand-père Armand est le papa de ma maman.

Ses trois enfants sont devenus grands:

C’est ma maman, l’oncle Jean et l’oncle Laurent.

Ils ont encore leur maman:

C’est ma grand-mère Germaine,

La femme du grand-père Armand.

Et moi, je suis leur petit-enfant!..

Rien de plus facile... Quand on a compris!

J’aime mon père, j’aime ma mère, j’aime mes sœurs,

J’aime mes frères — de tout mon cœur!

Et tante, et oncle, oui, tout le monde!

Oui, tous, sauf moi... Quand je n’ai pas mon chocolat.

M. Carême
^ Dans ma maison

• Au-dessus de mon front

Il y a le plafond!

Par-dessus le plafond,

Le grenier de la maison!

Au-dessus du grenier,

Le toit de la maison!

Et tout autour

Quatre pans de murs,

Avec des fenêtres

Pour voir à travers,

Avec des portes

Pour qu’on sorte!

Et sous mes pieds

Il y a le plancher!

Par-dessous le plancher?

La cave et le cellier!
• J’ai une maison pleine de fenêtres

Pleine de fenêtres en large et en long

Et des portes aussi, (il) faut le reconnaître

Et des portes aussi — il faut bien sortir!

Et un escalier qui grimpe qui grimpe

Et un escalier qui fait mal aux pieds

Et un ascenseur qui est toujours en panne

Et un ascenseur qui fait mal au cœur

Et des habitants qui grognent qui grognent

Et des habitants qui n’ont pas le temps

Et puis moi ça va je saute je saute

Et puis moi ça va je ne m’en fais pas.

A. Sylvestre
^ MA CHAMBRE

Je ferme la porte. Je suis chez moi,

Dans ma chambre claire. Sur la fenêtre j’ai des fleurs

Et je regarde le ciel bleu et le jardin avec les arbres verts.

Et puis, au mur, j’ai un tableau: on voit la mer et un bateau

Tout seul, entre le ciel et l’eau, sous le soleil.
— Parlez de votre chambre. Pouvez-vous le faire d’une manière aussi poétique?
^ UN SOURIRE

Derrière la barrière il est un pré vert.

Au milieu du pré vert il est un jardinet.

Au milieu du jardinet il est une maisonnette.

Dans la maisonnette il est un escalier.

En haut de l’escalier il est un palier.

Sur le palier il est une porte.

Derrière cette porte il est une chambrette.

Dans cette chambrette il y a un petit lit.

Dans ce petit lit il y a un enfant

Qui fait un sourire à sa maman!

M. Tenaille
^ Ma journée
L’HORLOGE

Tic-tac, le jour commence, l’heure avance...

Tic-tac, tic-tac, et voilà, midi est là.

Tic-tac, tic-tac, viens voir, c’est déjà le soir.

Tic-tac, tic-tac, l’étoile luit, voici la nuit.

Tic-tac, tic-tac, je suis très exacte!
^ UN... DEUX... TROIS... DÉPÊCHE-TOI!
Un... deux... trois...

Quatre... cinq... six...

Sept... huit... neuf...

Dix...onze... douze...

Un... deux... trois...

Quatre... cinq... six...

Sept... huit... neuf...

Dix... onze... douze...

Un... deux... trois...

Quatre... cinq... six...

Lève-toi!

Mets ta chemise grise!

Ton pantalon neuf!

Tes belles bottes rouges!

Bois ton chocolat!

Avale tes tartines!

Mange donc ton œuf!

Bonjour!

Ne prends donc pas froid!

Sois bien attentif!

Sept... huit... neuf... dix... onze... douze... Cours!
^ UN ENFANT SAGE

— Je me lève de bon matin.

— Je me lave les mains.

— Je me frotte le visage.

— Je range mes affaires.

— Le soir je me lave les pieds.

— Et je me brosse les dents.

— C’est fort bien!

— C’est aussi très bien!

— Tu es bien sage!

— Il faut bien le faire!

— C’est une bonne idée!

— Bravo, mon enfant!
DEBOUT!

Debout, Florentin,

C’est le matin!

Drelin!... Drelin!...

Mais Florentin

N’entend rien.

Vite, Florentin,

Il est midi!

Ding!... Ding!... Ding!..

Mais Florentin

N’a pas fini sa nuit!

Allons, Florentin,

Il est quatre heures!...

Oh! Quel bonheur!

Donnez-moi du pain,

Donnez-moi du beurre!

Il n’y a pas de pain,

Il n’y a pas de beurre

Pour les dormeurs!

M. Tenaille
^ MA VILLE NATALE

J’aime beaucoup ma ville natale, ses musées, ses cathédrales,

Ses usines et ses fabriques, ses collines magnifiques.

Ses héros et ses savants, son passé et son présent.
L’ÉCOLE

Dans ma ville, il y a des tours, des maisons par milliers,

Du béton, des blocs, des quartiers,

Et puis mon cœur, mon cœur qui bat —

Tout bas.

Dans mon quartier, il y a des boulevards, des avenues,

Des places, des ronds-points, des rues,

Et puis mon cœur, mon cœur qui bat —

Tout bas.

Dans notre rue, il y a des autos, des gens qui s’affolent,

Un grand magasin et une école —

Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat

Est là.

J. Charpentreau


^ Les voyages
INVITATION

— En bateau, ma mie, en bateau?

— Hélas, mon ami, je n’aime pas l’eau.

— En voiture alors, en voiture?

— Je ne peux pas la voir en peinture!

— En train alors, en train?

— Mais je n’aime pas aller si loin.

— En avion, alors, en avion?

— Ah, non, je déteste l’ascension.

— Alors à pied, ma mie, à pieds?

— D’accord, je veux bien marcher!

D’après M. Carême
^ OÙ VAS-TU, CÉCILE?

— Où vas-tu, Cécile,

En automobile?

— Je vais à la ville

Acheter de l’huile.

— Où vas-tu, Arthur,

Dans ta belle voiture?

— Je vais à Saumur

Acheter des confitures.

— Où vas-tu, Juliette,

A bicyclette?

— Je vais à la cueillette

Des violettes!

— Où vas-tu, Hervé,

A pied?

— Je vais au marché!

— Où vas-tu, Bernard,

En autocar?

— Je vais à la gare!

— Où vas-tu, Martial,

A cheval?

— Au bal!

M. Tenaille
^ Les couleurs

MARIAGES

Quand le jaune et le bleu

Se marient tous les deux

Ils deviennent verts.

Quelle bonne affaire!

Quand le rouge et le bleu

Vont ensemble à la fête,

Ils sont étonnés

De rentrer violets!

Et quand le rouge

Rencontre le jaune,

Ensemble ils s’arrangent

Pour faire le bel orange!

M. Tenaille
• Qu’est-ce qui est noir?

— La nuit est noire,

La nuit qui vient après le soir.

Qu’est-ce qui est blanc?

— Un œuf est blanc,

Blanc dehors et jaune dedans.

Qu’est-ce qui est rouge?

— Le poisson est rouge,

Le poisson nage, le poisson bouge.

Qu’est-ce qui est jaune?

— C’est le citron.

Aimes-tu le citron?

— Moi, oui.

— Et moi, non!

Qu’est-ce qui est gris?

— C’est le loup, la souris!

Qu’est-ce qui est vert?

— C’est le pin et le sapin

En été et en hiver.

— Et qu’est-ce qui est orange?

— Une carotte! Une orange!

— Et qu’est-ce qui est encore vert / blanc / orange / rond / chaud / froid / doux... etc.?
Можно поиграть в «Аукцион»: выигрывает тот, кто скажет последнюю фразу!
Tout ce que j’ai

• J’ai deux pieds pour marcher, pour courir et pour sauter.

J’ai deux mains pour écrire, pour peindre, pour applaudir.

J’ai une bouche pour parler, pour rire et pour goûter

Ce qui est sucré,

Ce qui est salé!

J’ai deux oreilles pour entendre et pour comprendre.

J’ai un petit nez rond

Pour sentir ce qui est bon!

J’ai deux yeux pour regarder

De tous les côtés.

Je les ouvre pour voir.

Quand je les ferme, il fait tout noir!

A. Rocard
^ MES DEUX MAINS

Mes deux mains sont pour saisir,

Pour tenir ou pour donner!

Mes deux mains sont pour toucher

Le doux, le dur, le froid, le chaud!

Mes deux mains font de beaux dessins,

Savent s’amuser... Et recommencer!

Mes deux mains font des surprises

Et quelquefois — des bêtises!..

M. Tenaille
• Un nez, deux yeux... et tout cela est à moi!

Une bouche, deux oreilles... et tout cela...
Continuez!
Un cou, deux bras...

Une tête, deux mains...

Une poitrine, deux épaules...

Un dos, deux jambes...

Un ventre, deux pieds...

Une nuque, deux joues...

Un front, deux genoux...

Une langue, deux lèvres...

Un menton, deux talons...

Des dents, des ongles...

Des cheveux, des doigts... et tout cela est à moi!
• Point, point, virgule, tiret — le visage est déjà fait.

Bras, mains, ventre, jambes et pieds —

C’est un bonhomme tout entier!
Можно устроить игру: ученик у доски рисует (забавно, если с закрытыми глазами), а из класса ему дают команды:

— Dessine les yeux / les oreilles / les doigts / les genoux, etc.
^ SAVEZ-VOUS PLANTER LES CHOUX?

Savez-vous planter les choux

A la mode, à la mode?

Savez-vous planter les choux

A la mode de chez nous?

On les plante avec les mains

A la mode, à la mode,

On les plante avec les mains

A la mode de chez nous.

Chanson populaire
В следующих куплетах ученики сами предлагают слова: avec les pieds, le dos, les joues, la tête, la bouche, les coudes, etc.
^ Les animaux

• Mon nom est Tonton Carême et je travaille au Zoo.

Mais aujourd’hui les animaux ont quelques petits problèmes.

Les éléphants ne sont pas contents.

Les girafes ont toujours soif,

Les singes font le singe1,

Les okapis n’aiment pas le bruit.

Les lions mangent des citrons.

Et les boas... ne sont plus là!
AU ZOO

Le dimanche, jour de repos,

Nous allons à notre zoo

Pour voir les animaux

des pays froids et des pays chauds.

L’éléphant est gros et grand,

mais il est bon enfant.

C’est le tigre qui est méchant.

Soyez prudents, enfants!

Le lion est majestueux.

Les petits singes sont malheureux

Si loin de leur bois:

pauvres, ils ont toujours froid!

La girafe me plaît beaucoup:

une courte queue et un long cou.

Nous avons deux ours dedans:

Il a chaud, le pauvre ours blanc.

Mais l’ours brun est très content!
«ON DIT...»

On dit rusé comme un renard,

On dit bavard comme une pie,

On dit boiteux comme un canard

Grignoter comme une souris,

Sauter comme un cabri.

On dit frisé comme un mouton,

On dit joyeux comme un pinson,

On dit vilain comme un crapaud,

Heureux comme un poisson dans l’eau,

Et noir comme un corbeau.

On dit curieux comme une fouine,

On dit écrire comme un cochon,

On dit serrés comme des sardines,

Léger comme une libellule ou comme un papillon.

On dit des larmes de crocodile,

On dit crier comme un putois,

On dit filer comme une anguille,

Gourmand comme un ours ou comme un chat,

Et bête comme une oie.

Une chanson d’Enrico Macias
Для тренировки в употреблении фразеологизмов можно убрать часть выделенных курсивом слов и предложить ученикам восстановить текст песни.
^ Les repas

L’OGRE

J’ai mangé un œuf,

Deux langues de bœuf,

Trois rôts de mouton,

Quatre gros jambons,

Cinq rognons de veau,

Six couples d’oiseaux,

Sept immenses tartes,

Huit filets de carpe,

Neuf kilos de pain...

Et j’ai encore faim!
^ MIMI MOUTON

Mimi Mouton est malade.

Elle a bu de la limonade,

Et mangé trop de chocolat...

Elle n’écoute pas sa tante Solange:

Mimi Mouton, fais attention!

Tout ça, tout ça,

Tout ça est très mauvais.

Mange des oranges et bois du lait!
L’école

^ LE MAÎTRE ET L’ÉLÈVE

«Qu’il fait sombre dans cette classe!

Rien qu’un mur gris, un tableau noir,

Et puis toujours la même place,

Et toujours le même devoir!

Toujours, toujours ce même livre,

Et toujours ce même cahier...

Peut-on appeler cela vivre?

Moi, je l’appelle s’ennuyer!»

— Ainsi parlait dans son école un petit écolier mutin.

Le maître alors prit la parole, et lui dit:

«Quoi! Chaque matin

Toujours cette même chaire,

Répéter la même leçon,

Enseigner la même grammaire à ce même petit garçon

Qui reste toujours, quoi qu’on fasse,

Ignorant, distrait, paresseux!

Lequel devrait, dans cette classe,

S’ennuyer le plus de nous deux?!»

M. Tournier
^ BONJOUR, MONSIEUR LE MAÎTRE D’ÉCOLE!

Monsieur le maître d’école,

Vous souvenez-vous encore de moi?

D’un petit garçon qui fut, je crois,

Pas toujours sage.

D’un petit garçon qui a bien grandi

Et qui maintenant se dit:

«C’était le bel âge!»

Monsieur le maître d’école,

Moi, je me souviens encore de vous.

«Joujou, genou, caillou, bijou...»

Et toute la gamme...

Géographie, récitation,

Histoire de France et rédaction...

Ah! Quel programme!

Malgré le temps qui s’envole,

Il n’est pas moins vrai

Que les souvenirs d’école

Ne s’oublient jamais. J. Ridez
^ СТИХИ СО СТРАНОВЕДЧЕСКИМ СОДЕРЖАНИЕМ

Эти стихи сопровождаются рассказом учителя (или самих ребят) о праздниках, традициях французского народа, символах Франции, ее городах и достопримечательностях.
NOËL

Quand vient Noël chaque année,

On entend les cloches sonner.

Le 25 décembre au matin

Elles carillonnent avec entrain.

Car ce jour-là l’enfant Jésus

A tous les hommes est apparu.

Et en cette occasion

Ton petit ange gardien

T’envoie tout son amour, sa tendresse, son soutien.
LE PÈRE NOËL

Sa houppelande est grande,

Sa longue robe est rouge,

Blanche est sa barbe blanche.

Il a mis ses bottes,

Il porte sa hotte,

Il vient sans bruit

Quand sonne minuit.

M. Tenaille
DEVINETTE

Pendant que les enfants jouaient,

Un homme, tout en rouge habillé,

Est arrivé en traîneaux.

Il apportait des cadeaux.

Il habite tout au bout du ciel.

Qui est-ce?

(— Voyons, c’est le Père Noël!)
LE JOUR DES ROIS

Belle, belle ma galette!

Je lui mets une fève,

Je la coupe en sept.

Comme je l’ai bien faite!

La première part est pour Gaspar,

La deuxième part est pour Edouard.

La troisième est pour moi,

La quatrième pour Adèle,

La cinquième pour Hélène,

La sixième pour Madeleine

Et pour qui la dernière? Pour Geneviève!

C’est Geneviève qui a la fève.

Elle choisira un roi,

L’embrassera trois fois.

La reine boit! Le roi boit!

M. Tenaille
^ LE GÂTEAU DES ROIS

C’est le gâteau des rois,

Des trois rois que l’on voit

S’en aller en voyage

Sur de belles images.

Les rois sont retournés,

Mais le gâteau est là,

Tout rond et tout doré,

Avec sa grosse fève

Dont chacun rêve.

Ah! Serai-je reine?

— Oui, dit mon petit doigt,

— Oui, dit mon rire heureux.

D’ailleurs, on voit déjà

L’étoile dans mes yeux. M. Carême
^ LES ŒUFS DE PÂQUES

Ecoutez, écoutez

Comme les cloches sonnent

En revenant de Rome,

Comme les cloches sonnent

Sur les toits, sur les prés.

Allons vite au verger

Avec notre panier,

Allons vite au verger!

Des œufs avec des nœuds,

Des rouges et des bleus,

D’autres tout étoilés

De papier argenté

Sont tombés du clocher.

Nous chercherons plus tard

Les poulettes en chocolat

Qui voudraient faire croire,

Cachées dans les lilas,

Qu’elles ont pondu ces œufs-là. M. Carême
• Gentil muguet, gentil muguet!

Les cloches sonnent en cœur

Pour saluer le Premier Mai, la fête des travailleurs!


^ LE JOUR DES MÈRES

Il y a plus de fleurs pour ma mère, en mon cœur,

Que dans tous les vergers;

Plus de merles rieurs pour ma mère, en mon cœur,

Que dans le monde entier;

Et bien plus de baisers pour ma mère, en mon cœur,

Qu’on en pourrait donner.
^ LE 14 JUILLET

A Paris, au quatorze juillet, à la lueur des lampions,

On danse sans arrêt, au son de l’accordéon.

Dans les rues, dans Paris,

Depuis qu’à Paris on a pris la Bastille,

Dans les faubourgs, et à chaque carrefour,

Il y a des gars, et il y a des filles

Qui, sur les pavés, sans arrêt, nuit et jour,

Font des tours et des tours, à Paris.
LE COQ

Oiseau de fer qui dit le vent

Oiseau qui chante au jour levant

Oiseau bel oiseau querelleur

Oiseau plus fort que nos malheurs

Oiseau sur l’église et l’auvent

Oiseau de France comme avant

Oiseau de toutes les couleurs L. Aragon
GIROUETTE

La petite girouette s’ennuie.

Tourne à gauche,

Tourne à droite,

Tourne au nord, tourne au sud,

Regarde à l’est, regarde à l’ouest.

— Cocorico! se dit-elle. M. Tenaille
^ LA TOUR EIFFEL

Mais oui, je suis une girafe, m’a raconté la tour Eiffel,

Et si ma tête est dans le ciel,

C’est pour mieux brouter les nuages,

Car ils me rendent éternelle.

Mais j’ai quatre pieds bien assis

Dans une courbe de la Seine.

On ne s’ennuie pas à Paris... M. Carême
^ SUR LE PONT-NEUF

Sur le parapet de Pont-Neuf de Paris

Qui est si vieux, je m’accoude et je rêve:

Un soir très doux d’automne s’achève

Dans la musique des causeries.

Je rêve: un bateau-mouche léger file

Vers Auteuil ou vers Saint-Cloud,

Un pêcheur prend un goujon au bout de son fil...

Je rêve: dans l’air doré Notre-Dame s’élève

Et Henri Quatre sourit sur le vieux pont

Par où belles et galantes s’en vont. Je rêve... T. Klingsor
^ AU REVOIR, PARIS

Partir c’est mourir un peu. Cela me fait mal

de quitter un ami, de quitter une femme, de quitter Paris,

Montmartre, Montparnasse, Belleville, la Seine,

le Bois de Boulogne et la rue Mouffetard,

Les Champs-Elysées et la rue Lepic.

Le vin aux terrasses, le soleil du Luxembourg,

La chambre d’hotel avec les toits de Paris devant la croisée.

Le bec de gaz d’une place silencieuse,

La rencontre fugitive que tu ne peux oublier.

Paris, au revoir. J. Brusse
Известная песня «^ Voyage, voyage» (J.-M. Rivat) насыщена географической лексикой. После прослушивания можно попросить учеников назвать, объяснить, классифицировать географические термины.

Au-dessus des vieux volcans

Glisse tes ailes sous le tapis du vent,

Voyage, voyage, éternellement...

De nuages en marécages,

De vent d’Espagne en pluies d’Equateur

Voyage, voyage, vole dans les hauteurs.

Au-dessus des capitales, des idées fatales,

Regarde l’océan...

Voyage, voyage, plus loin que la nuit et le jour,

Voyage dans l’espace inouï de l’amour,

Voyage, voyage sur l’eau sacrée d’un peuple indien.

Voyage, voyage, et jamais ne reviens.

Sur le Gange ou l’Amazone,

Chez les Blacks, chez les Sikhs, chez les Jaunes,

Voyage, voyage dans tout le royaume.

Sur les dunes du Sahara, des îles Fidji ou Fujiyama,

Voyage, voyage, ne t’arrête pas...

Au-dessus des barbelés

Des cœurs bombardés

Regarde l’océan... etc.
^ ГРАММАТИКА В СТИХАХ

Предложенные здесь стихотворные произведения могут служить для наблюдения, запоминания, воспроизведения грамматических явлений. На их основе можно создавать учебно-речевые ситуации для совершенствования грамматических навыков аудирования, говорения, письма.
Le présent de l’indicatif

— Ouvrez les parenthèses, lisez et apprenez ce poème.
^ DES LEÇONS POÉTIQUES

Nous sommes tous des poètes.

En français nous (faire) la fête,

Et nous (jouer) du violon avec les mots de la leçon.

Nous (écouter),nous (répondre),

Nous (savoir) dire «oui» et «non»,

Nous (faire) très attention à toutes les explications...

Et la nuit, quand nous (dormir),

Nous (rêver) des conjugaisons.
Можно поиграть в рифмы:

Etre:

- Je suis en classe /Tu es ... (à ta place)

- Il est à l’école / Avec (Paul et Anatole)

- Elle est à l’école / Avec (Sophie et Nicole)

- Nous sommes au jardin / Vous êtes (au magasin)

- Ils sont au bal / Elles sont (au carnaval)

Aller:

- Je vais au jardin / Tu vas (au magasin)

- Il va à l’école avec (Paul et Nicole)

- Nous allons à l’usine / Vous allez (à la cantine)

- Ils vont au musée avec (Pierre et René)

Venir:

- Je viens du magasin / Tu viens (chez ton cousin)

- Il vient avec son chien / Elle vient (dans le jardin)

- Nous venons chez Ninon / Vous venez (chez René)

- Ils viennent chez Irène / Elles viennent (à Vienne)
• Pauline, Paulette, où est-ce que vous êtes?

Jules, Julie, Juliette, qu’est-ce que vous faites?

Vous êtes, vous faites, vous dites — répétez-le vite!
• — Mon cher René, qu’est-ce que tu fais?

— Je fais ce que je veux, je fais ce que je peux.

— Mes petites fillettes, qu’est-ce que vous faites?

— Nous faisons ce que nous voulons,

Nous faisons ce que nous pouvons.
CONVERSATION

— Ou vas-tu, fils? — Je vais, père, aider mon frère Nicolas.

— Fort bien, mon fils, et à quoi faire? — A finir le chocolat. Par J.-L. Moreau

PASSION

Le matin, je ne mange pas,

Je pense à toi.

A midi, je ne mange pas,

Je pense à toi.

Le soir, je ne mange pas,

Je pense à toi.

La nuit, je ne dors pas...

Je meurs de faim! Claire Bès
— Complétez ces quatre poèmes:

LA VIE EN ROSE

Quand il me ... dans ses bras, (prendre)

Qu’il me ... tout bas (parler)

Je ... la vie en rose! (voir)

Il me ... des mots d’amour (dire)

Des mots de tous les jours,

Et ça me ... quelque chose... (faire)

Et lorsque je l’ ..., (apercevoir)

Alors je ... en moi (sentir)

Mon cœur qui ... ! (battre)

Un extrait de la chanson d’Edith Piaf
RENDEZ-VOUS

— Allô! C’est vous? Vous m’entendez?

Ecoutez-moi! (Comprendre)...-moi! (Répondre)...-moi!

Vous m’... (entendre)? (Répondre) ...-moi!

— Je vous ... (comprendre). Je vous ... (entendre).

Je vous ... (attendre).

R. Desnos
^ LE BOUQUET

— Que faites-vous là, petite fille,

avec ces fleurs fraîchement coupées?

— Que ...-vous là, jeune fille,

avec ces fleurs, ces fleurs séchées?

— Que ...-... là, jolie femme, avec ces fleurs qui se fanent?

— Que ...-... ..., vieille femme, avec ces fleurs qui meurent?

— J’... (attendre) le vainqueur. J. Prévert
DEVINETTE

Des plumes, nous en (avoir),

Mais jamais nous n’(écrire)

(Les oiseaux)
^ Le passé composé

• Nous avons beaucoup appris,

Nous avons un peu écrit,

Nous n’avons pas fait de fautes,

Nous avons reçu des notes.
AMUSETTE

J’ai dansé, dansé, dansé, j’ai dansé toute la journée.

Oh! J’ai dansé, dansé, dansé — et maintenant je suis fatiguée.

Для подстановки: chanté, couru, écrit, travaillé, mangé, joué, dormi — и все, что предложат сами ребята.

MOI, J’AI DIT

— Moi, j’ai dit...

— Bon, d’accord, mais...

— J’ai parlé.

— Oui, vous l’avez dit.

— J’ai dit quoi?

— Que vous avez parlé.

— Parler pour quoi faire?

— Pour le dire.

— J’ai dit quoi?

— Que vous avez parlé.

— A qui?

— A ceux à qui vous l’avez dit.

— Et vous avez dit...?

— Que vous avez parlé.
— On peut continuer cette conversation drôle...
^ Pour apprendre les participes passés:

• Lu, appris, connu, reçu,

Dit, compris et aperçu,

Mis, venu, voulu, ouvert,

Vu, traduit et découvert.
• J’ai beaucoup appris et tout entendu,

Je n’ai rien compris et rien retenu,

J’ai beaucoup entrepris et j’ai attendu,

Puis j’ai tout repris et j’ai tout perdu...
• Les vacances attendues

Sont enfin venues!

Courons, sautons et chantons!

Adieu, devoirs et leçons
^ Pour retenir les verbes qui se conjuguent avec «être»:

• Il faut naître pour mourir,

Pour entrer il faut sortir,

Pour venir il faut aller,

Pour descendre il faut monter,

Pour rester faut pas tomber,

Il faut partir pour arriver.
— Après avoir lu ces trois histoires inventez-en d’autres:

^ MATINS DIFFICILES

Il s’est éveillé

Puis il s’est levé

Mais s’est pris le pied

Au coin du tapis

Au pied de son lit

S’est tordu le cou

S’est mis à genoux

S’est frotté les yeux

Et se sentant mieux

Il s’est relevé

Il s’est habillé

Mais en s’en allant

Prenant son chapeau au porte-manteau

S’est cogné le nez

Le voilà sonné...

Il s’est fait à l’idée de rester chez lui,

S’est remis au lit et s’est rendormi.

M. Argaud
^ UNE HISTOIRE FANTASTIQUE

Un jour, un extra-terrestre est né sur une planète.

Il est devenu grand,

Il est apparu sur la Terre,

Il est arrivé dans une ville,

Il est passé devant une maison,

Il est retourné vers la maison,

Il est resté devant la maison,

Il est entré dans la maison,

Il est sorti très vite,

Il est parti très loin de la maison,

Mais il est revenu,

Et il est rentré dans la maison.

Il est monté,

Il est descendu,

Il est remonté...

Et il est tombé par la fenêtre.

Il est allé à l’hopital...

Il y est mort.
^ QUE S’EST-IL PASSÉ?

...Tenez, une histoire pas trop compliquée,

Pourtant quel mystère!

J’étais sur le quai, Elle dans le train;

Le train est parti, et je suis resté debout sur le quai.

Jamais depuis lors je ne l’ai revue.

Je n’ai rien compris.

Que s’est-il passé? Que s’est-il passé?

J. Tardieu
— Continuez d’après le modèle ci-dessous. (P. ex.: écrire — effacer; entrer — sortir, etc.)

• D’abord je l’ai dit, après je l’ai regretté,

D’abord j’ai écouté, après j’ai tout oublié,

D’abord je suis parti, après je suis revenu,

D’abord j’ai promis, après j’ai menti...

J. Tardieu
— Récitez au passé composé.

• Je me lève à sept heures,

Je fais vite ma toilette,

Je mange du pain avec du beurre

Et une bonne petite omelette.

Puis je vais dans ma chambre,

Je prends mes livres, mes cahiers,

Je les mets dans mon cartable

Et je descends vite l’escalier.

A huit heures, j’arrive à l’école

Et je vois tous mes amis:

— Bonjour, André!

— Salut, Nicole!

— Bonjour, Michel!

— Ça va, Rémi?
^ LA SEMAINE DE MON AMI

Lundi, il reste au lit. Mardi, il dort sur le tapis.

Mercredi, il se repose aussi. Jeudi, il se lève à midi.

Vendredi, il s’ennuie. Samedi, il va à Paris.

Et dimanche, c’est la folie!
— Mettez au passé composé.

LA VIE SANS ROSE

Je vois le temps par la fenêtre, (un ciel gris vraiment morose).

J’ai du mal à me lever, (à cause de mon arthrose).

J’entends le chien aboyer (pour réclamer son «Dogdose»).

Je reçois un peu de courrier, (mais pas de lettre de Rose).

Je lis le programme télé, (comme toujours, pas grand-chose).

Je bois un peu de rosé... et je vois des éléphants roses!
UN CONTE

Le chevalier ouvre le coffre.

Il découvre un manteau d’hermine.

Il offre le manteau à la reine.

Il couvre tendrement ses épaules.

Il souffre en silence...

Et il ouvre la porte pour disparaître à jamais.


L’imparfait

• Il dormait... Il rêvait...

Il était bien sur son nuage:

Il caressait la Lune...

Il jouait aux étoiles...

Il poursuivait le vent...

Il parlait au Soleil...

Il riait...

Le réveil a sonné.


— En vous inspirant de ce poème de J. Gauty voulez-vous raconter un de vos rêves?

— Complétez les paroles de la chanson de J. Brel:

BRUXELLES

C’était au temps où Bruxelles rêv...,

C’... au temps du cinéma muet.

C’... au temps où Bruxelles chant...

Cét... au temps où Bruxelles «bruxell...».

Place de Brouckère, on voy... des vitrines

Avec des hommes, des femmes en crinolines,

Place de Brouckère, on voy... l’omnibus

Avec des femmes, des messieurs en gibus.

Et sur l’impériale, le cœur dans les étoiles,

Il y av... mon grand-père, il y av.. ma grand-mère.

Il ét... militaire, elle ... fonctionnaire.

Il attend... la guerre, elle attend... mon père.
AUTOMNE

Je pense aux beaux jours de vacances,

Avec le soleil éclatant

Nos jeux, nos cris d’indépendance

Se sont estompés maintenant

Car voici que revient l’automne

Préludant le bien triste hiver.

Les jours s’écoulent, monotones.

J’étais heureux, c’était hier.

J’étais heureux, c’était hier.

J’étais heureux, c’était hier...
— Et vous, que faisiez-vous tous les jours pendant les vacances? Etiez-vous heureux?
• «^ Aujourd’hui je suis reine. Autrefois, j’étais libre.» V. Hugo

— Composez vos strophes d’après ce modèle (p.ex.: Aujourd’hui, je vais à l’école. Il y a deux mois, c’étaient les vacances...)
В шуточном рассказе о господине Бономе прекрасно проиллюстрировано употребление прошедших времен (imparfait как фон и passé composé как события):

Monsieur Bonhomme lisait

Un immense journal.

Le soir tombait.

Le journal était monotone,

Le fauteuil était confortable,

Monsieur Bonhomme s’est endormi.

Le vent s’est levé,

La fenêtre s’est ouverte,

Monsieur Bonhomme dormait...

Le vent est entré,

Le journal s’est animé,

Monsieur Bonhomme dormait...

Le vent a insisté,

Le journal s’est gonflé...

...Monsieur Bonhomme s’est envolé.


Французские методисты предлагают предъявить учащимся разбросанные строфы этого стихотворения и попросить сочинить текст из 15 строк.

Аналогичное упражнение можно сделать и на основе другого стихотворения:

• Tu parlais / Je n’écoutais pas

Tu pleurais / Je n’entendais pas

Tu souriais / Je ne voyais pas

Tu souffrais / Je ne savais pas

Tu es partie / Je n’ai pas compris
^ Le futur simple

Lisez ce petit texte amusant pour apprendre les formes des verbes:

Trois soldats vont demander leur avenir à une voyante.

La voyante: Un jour, vous serez célèbres.

Les soldats: Un jour, nous serons célèbres... Et nous aurons beaucoup d’argent?

La v.: Vous n’aurez pas beaucoup d’argent, mais vous aurez beaucoup d’enfants! Puis, vous recevrez une lettre...

Un s.: Puis nous recevrons une lettre...

Les s.: Et nous aurons beaucoup d’argent?

La v.: Vous n’aurez pas beaucoup d’argent, mais vous aurez beaucoup d’enfants!... Puis, vous partirez en voyage...

Un s.: Puis nous partirons en voyage...

Les s.: Et nous aurons beaucoup d’argent!

La v.: Vous n’aurez pas beaucoup d’argent, mais vous aurez

beaucoup d’enfants! Puis vous ferez le tour du monde!

Les s.: Puis nous ferons le tour du monde... Et nous aurons beaucoup d’argent?

La v.: Vous n’aurez pas beaucoup d’argent, mais vous verrez

des éléphants! Et vous aurez beaucoup de chance...

Les s.: Nous aurons toujours de la chance? Ah, oui, vraiment, nous irons voir des éléphants...

Un s.: Mais nous n’aurons jamais d’argent!

La v.: Mais vous aurez beaucoup d’enfants! Et ça, c’est de la chance!

Les s.: Et nous aurons beaucoup d’enfants? Eh bien! Vive la France!...

FUTUR

Quand je serai grand, je serai chef de gare,

avec un sifflet, avec une casquette!

Quand tu seras grand, tu seras chef d’orchestre,

avec un pupitre, avec une baguette!

Quand il sera grand, il sera chef indien,

avec un arc, avec des flèches!

Quand vous serez grands, vous serez tous présidents!

On vous attend!

M. Tenaille

^ Complétez avec vos strophes. (P. ex.: «Je serai programmeur, j’aurai un bel ordinateur»...)

• Qui voudra — pourra. / Qui pourra — paiera.

Qui paiera — aura. / Qui aura — donnera.

Qui donnera — rira. / Qui rira — vivra.

• Que sera — sera, qui vivra — verra.

Proverbe
• Les roses de demain

Seront vertes de rage

Les chansons de demain

Feront un bruit d’acier

Les vieillards de demain

Auront la peur aux yeux

Les enfants de demain

Riront encore un peu
• Si tu trouves sur la plage un très joli coquillage,

Compose le numéro «Océan — zéro — zéro».

Et l’oreille à l’appareil, la mer te racontera

Dans sa langue des merveilles que papa te traduira.

C. Roy


• Il neigera, il neigera, puis un jour le Printemps viendra

Et sur les branches il neigera des fleurs de pomme et du lilas.
• Ah! Tu verras — tout recommencera

Tu verras, tu verras

L’amour, c’est fait pour ça.

Chanson de Claude Nougaro
Mettez les verbes au futur pour reconstituer la chanson de Mouloudji:

^ UN JOUR TU VERRAS...

Un jour, tu ... (voir),

On ... (se rencontrer),

Quelque part, n’importe où, guidés par le hasard,

Nous ... (se regarder),

Nous ... (se reconnaître),

Et la main dans la main, dans les rues, nous ... (aller).

Récitez au futur simple:

^ UNE OMBRE

Je fais ce que tu veux,

Je vais là ou tu vas,

J’aime ce que tu aimes,

Je crois ce que tu crois,

Je pleure quand tu pleures,

Et je ris quand tu ris,

Je fuis ce que tu fuis,

Et je meurs quand tu meurs...
(® Je ferai ce que tu voudras...)

DEVINETTE

Hier, j’étais demain, mais demain je serai hier.

Qui suis-je?

(Aujourd’hui)

^ Les modes subjonctif et conditionnel

BONTÉ

Il faut plus d’une pomme

Pour emplir un panier.

Il faut plus d’un pommier

Pour que chante un verger.

Mais il ne faut qu’un homme

Pour qu’un peu de bonté

Luise comme une pomme

Que l’on va partager.

M. Carême
• Je n’aime pas que l’oiseau meure,

Que le chêne soit abattu,

Que mon amie pleure,

Que l’on torture ma tortue.

Je n’aime pas que les fleurs

Penchent les têtes, la nuit.

Je n’aime pas que le malheur

Vienne en faisant si peu de bruit.

Et je n’aime pas que la joie,

Puisqu’elle se plaît dans mon cœur

Plus que sous n’importe quel toit,

Aille faire son nid ailleurs.
CONSEIL

Bien que vous soyez plus petit

Que le plus petit éléphant,

Vous avez beaucoup d’appétit,

Continuez, mon enfant.
Mangez jusqu’à perdre haleine

Toutes sortes de friandises.

Tant qu’on a la bouche pleine,

On ne peut dire des bêtises.

R. Ponchon
• Je passe des heures... Je passe des heures à écouter, à écouter le vent, à écouter le chant,

Et tout en écoutant, je pense à plus tard, je pense à ma vie

et je la prépare petit à petit; jours après jours, elle s’éclaircit.

Et quand je serai enfin prêt, je commencerai à poser

une par une les pierres de ma maison, les pierres de ma vie.

Et ma maison finie, pour qu’elle rayonne de joie,

de soleil, de bonheur,

Je poserai la dernière pierre,

Celle de l’amour

Lionel
Et vous, pensez-vous à plus tard? à votre vie future? Comment voyez-vous votre avenir? Comment vous préparez-vous à votre vie d’adulte? Qu’est-ce qu’il faut faire pour que votre vie future rayonne de bonheur?

• Si tu veux parler français, tu devras bien travailler.

Si tu ne travaillais pas, tu ne réussirais pas.

Si tu avais travaillé, tu n’aurais pas échoué!
^ Можно пофантазировать вместе с Ж.-Л. Моро:

• ...Si la sardine avait des ailes,

Si Gaston s’appelait Gisèle,

Si l’on pleurait lorsque l’on rit,

Si le pape habitait Paris,

Si l’agneau dévorait le loup,

Si les Normands parlaient zoulou,

Si la mer Noire était la Manche,

Et la mer Rouge la mer Blanche,

Si le monde était à l’envers,

Je marcherais les pieds en l’air...

^ A vous de continuer!
...помечтать вместе с Полем Фором:

LA RONDE

Si toutes les filles du monde voulaient se donner la main,

tout autour de la mer elles pourraient faire une ronde.

Si tous les gars du monde voulaient bien être marins,

ils feraient avec leurs barques un joli pont sur l’onde.

Alors on pourrait faire une ronde autour du monde,

si tous les gens du monde voulaient se donner la main.
...или посокрушаться вместе с Морисом Каремом:

• Ah! quel collier j’aurais déjà

Si j’avais enfilé les larmes

Que m’ont values les charmes

De la règle de trois!

Quel tour du monde j’aurais fait

Si j’avais vu les ports lointains

Dont les noms m’échappaient

Durant les examens!

Et que de pièces de cent sous

J’aurais reçues à la Noël

Si j’avais su que «pou»

Prend un X au pluriel!
Выучим первую строфу стихотворения M. Карема «Je voudrais...» и попросим учеников прочитать следующие две строфы на основе ключевых слов, а потом попробовать сочинить новые строчки:

— Je voudrais croître en ton jardin, me disait le sapin.

— Moi, je veux bien, mais où te mettrais-je, sapin?
— Devinez la suite: rire — lapin // luire — chemin. Composez de nouvelles strophes (p. ex.: courir — chien // vivre — Martien...).

A вот стихотворение, которое приятно услышать в день рождения:

^ LE CHANT D’ANNIVERSAIRE

En ce joyeux anniversaire

Nous te disons notre amitié.

Si tu n’étais sur cette terre

Le monde serait-il entier?

Nous te chantons notre amitié.

W. Lemit

В главе «Коммуникативная грамматика» вы найдете еще несколько стихотворений, содержащих наклонения impératif, conditionnel, а также степени сравнения.
Le genre

— Mettez tout le texte au féminin.

• J’ai un fils adolescent, un mari toujours absent,

un voisin envahissant, un beau-père exaspérant,

un copain américain, un chien végétarien,

un arrière-grand-père normand

et un cousin germain allemand!
(® J’ai une fille adolescente...)
^ Changez de place le masculin et le féminin.

• Vous êtes intelligent, compétent et très intéressant,

vous êtes un ho’mme charmant, mais vous n’êtes pas prudent,

dit la présidente au président.
(® Vous êtes intelligente...)

• Tu es grande et fière,

Mais tu es menteuse, capricieuse,

Et tu n’es pas généreuse,

dit l’amoureux à son amoureuse.
^ Et que dit l’amoureuse?
Les adjectifs possessifs

• Et plus nous sommes ensemble, ensemble, ensemble

Et plus nous sommes ensemble,

Et plus nous sommes heureux

Car mon ami est ton ami,

Ton ami est son ami,

Son ami est notre ami,

Notre ami est votre ami,

Votre ami est leur ami,

Mes amis sont tes amis...

— On peut continuer!
  1   2   3   4



Скачать файл (2361.5 kb.)

Поиск по сайту:  

© gendocs.ru
При копировании укажите ссылку.
обратиться к администрации